Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

     En ce 6 septembre 1914, l’ennemi venu des Ardennes est certain de sa victoire. Il a dépassé Château-Thierry et, depuis Meaux, menace la capitale. Basé à Bordeaux, le gouvernement suit les évènements alors que massée dans le Nord et les Vosges, la majeure partie de la défense française ne compte plus que sur le renfort des garnisons parisiennes dénuées de moyen de transport. Sur les 10 000 taxis en services à Paris seulement 3 000 circulent encore, la plupart des chauffeurs ayant été mobilisés. Environ 1 100 voitures principalement Renault se rendent au front à l’appel du général Gallieni – défenseur de la place de Paris – convoyant plus de 6 000 officiers et soldats. Priés de s’entasser à cinq par véhicule, en plus du chauffeur, certains soldats de la 7ème division d’infanterie font le voyage sur le marche pied malgré l’encombrement de leur sac à dos réglementaire (de 30 Kg minimum constitué entre autre d’un fagot devant servir à allumer le feu alors que la chaleur persiste encore en cette fin d’été !) Les chauffeurs ont pour consigne de suivre le taxi précédent avec pour seul éclairage toléré celui des lanternes arrières. La majorité de ces taxis sera démobilisée le 8 septembre, mais le manège durera onze jours pour cinquante d’entre eux. Les vaillants chauffeurs monteront des troupes fraîches au front, tout en assurant le rapatriement des blessés et des civils égarés. L’ennemi sera finalement repoussé et cette bataille de la Marne donnera son nom à ces taxis.
Quant aux chauffeurs, ils se verront payer 0,20 Frs le Km parcouru (prix moyen d’un journal) lors de cette « course folle ».

 
 

  Gravures


   


 

 

 

La Guerre 14 18 expliquée simplement
C'est Pas Sorcier

 

   

            Accueil

 

Partager cette page

Repost 0
Published by