Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

   


Carte de la situation militaire le 5 septembre 1914

 

 

     Le 3 Septembre 1914 au soir, divers renseignements concordants (aviation et reconnaissance de cavalerie) préviennent le gouverneur de Paris et le grand quartier général à Bar-sur-Aube d’un fléchissement du nord vers l’est, donc devant Paris, de l’aile droite allemande. Von Klück enivré par son avance et ses succès ignore le camp retranché de Paris, sa garnison et son chef. Galliéni très vite s’aperçoit de la chance qui se présente, il veut enfoncer ce flanc fragile. Dans le même temps, le grand mérite de Joffre est de savoir profiter de cette occasion pour ordonner l’arrêt de la retraite de l’armée française et organiser son retournement. Le 4 Septembre au soir, rassuré sur les intentions anglaises, et après avoir consulté ses chefs d’armées, Joffre décide de fixer l’offensive au 7 puis au 6 Septembre. Au soir du 5 Septembre le dispositif est le suivant : La 6armée doit attaquer de flanc l’armée de Von Klück mal protégée par un corps de réserve. Les autres forces doivent tenir tête et contre-attaquer. Cette volte-face surprend les Allemands incrédules qui ne croyaient pas des soldats en retraite depuis un mois capables d’attaquer avec une telle énergie.

 
 

 

     Maunoury ne perce pas, il a même bien du mal à soutenir sa gauche défaillante. Galliéni emploie tous les moyens pour lui envoyer des renforts notamment en réquisitionnant les taxis parisiens. Maunoury tient et oblige surtout Von Klück à faire face, en rappelant des troupes aux prises avec les Anglais. Ce faisant, il ouvre une brèche entre sa 1ère armée et la 2armée de Von Bülow trop décalée sur sa droite. C’est dans cette brèche que menacent de s’engouffrer French et la 5armée de Franchet d’Esperey. En danger d’enveloppement, Von Bülow rompt le combat, entraînant le grand état-major à pousser à la retraite Von Klück désormais sans protection sur son flanc gauche.

 
 

 

     Les Allemands se replient soigneusement. Ce n’est pas une déroute, loin de là, c’est un revers, mais pour les Armées Françaises, c’est la victoire que beaucoup ont considéré comme celle de la dernière chance.

 

 

 

Le coup de poing du 11 septembre

 

 

     Le 12 Septembre 1914 s’achève le repli allemand sur des positions reconnues et fortifiées…

 

 

Visionner l'entrée en guerre (du plan Schlieffen à la course à la mer)  



 

     La guerre ne fait que commencer…



 

 



 

 


Assiette publicitaire Esso 

       

            Accueil

 

Partager cette page

Repost 0
Published by